Ministère du mensonge

Tác giả Bài
marcel

  • Số bài : 259
  • Điểm thưởng : 0
  • Từ: 14.01.2006
  • Trạng thái: offline
Ministère du mensonge 18.08.2007 19:43:21 (permalink)
Il existe au Vietnam comme ailleurs de véritables menteurs capables de vous faire avaler des histoires invraisemblables qui sont de pures merveilles de mensonges.

Les vietnamiens comme tous les autres certains sont politisés et d'autres non. Or, une certaine catégorie fanatisée, contrairement aux vietnamiens de coeur, font le porte-parole de ce que Hannah Arendt * déclare : 

 
Le mensonge érigé en art

 
Pour Hannah Arendt, il existe un lien fort entre mensonge politique et action.  En effet, sans action, la politique ne présente aucune utilité. Or, en politique, le mensonge est érigé en art. En conséquence, les liens entre politique, mensonge et action s’établissent aisément.
Eu égard aux liens existant entre politique et mensonge, l’auteur fait remarquer que le mensonge en politique présente deux caractéristiques principales :
 
-      Le mensonge s’adapte au public. Il anticipe les désirs du public pour qu’il y’ait une parfaite correspondance entre le message qui est émis et la réalité perçue par le public visé. 
 
-       Le mensonge est doté d’un pouvoir intrinsèque, du fait  de  sa nature adaptative et sa capacité d’anticipation. Le pouvoir du mensonge se manifeste lorsque par exemple un gouvernement (ou toute autre forme organisationnelle) élimine délibérément toutes les données qui ne cadrent pas avec l’idéologie qu’il véhicule sans conséquences majeures.
 
Lorsque le mensonge est érigé en art (ce qui est toujours le cas en politique), il peut revêtir plusieurs formes. Dans le cadre des documents du Pentagone, deux catégories « d’artistes menteurs » ont été identifiées : les experts en relations publiques et les « spécialistes de la solution des problèmes ».
 
-      Les experts en relations publiques sont des experts en publicité politique. Quelle que soit la démarche qu’ils adoptent, leurs objectifs restent identiques. Ils vantent pour vendre et manipulent pour convaincre.
 
-      Quant aux « spécialistes de la solution des problèmes » leur démarche est caractérisée par une rationalisation du mensonge. Cette rationalisation est liée à leur formation « d’élite » et à leurs « grandes capacités intellectuelles ». Les « spécialistes de la solution des problèmes » ont une excellente formation et sont « solidement armés de l’analyse des systèmes et de la théorie des jeux ». Ils utilisent un langage pseudo mathématique, se défont de tout sentimentalisme et sont riches de certitudes et de convictions. Parfois, ils élaborent le mensonge et contribuent à sa justification scientifique sans se rendre compte qu’ils sont à l’opposé de la vérité.  Leurs connaissances et capacités intellectuelles en font des citoyens naïfs et adeptes de la « pensée scientifique unique ».


Mentir pour justifier un engagement militaire
 

Le mensonge peut avoir une visée salutaire. C’est notamment le cas lorsqu’il est utilisé dans le cadre d’une stratégie militaire destinée à tromper l’ennemi. Seulement, L’élaboration et leur diffusion secrète des documents du pentagone ne relèvent d’aucune stratégie visant à atteindre le véritable ennemi. Ces documents étaient diffusés secrètement au niveau de la haute administration américaine et étaient destinés à un public américain. C’est ainsi que l’on peut montrer que le mensonge a été utilisé comme artifice pour justifier un engagement militaire dont les objectifs réels sont restés flous.
 
A travers une lecture approfondie des archives du pentagone, Hannah Arendt met en évidence  le tissu de mensonge qui couvre les objectifs annoncés pour justifier la guerre du Vietnam. Ainsi, pour répondre à la question « pourquoi étions nous engagées dans une guerre et cela au Vietnam ? », plusieurs réponses peuvent être apportées.  Les premières offrent des perspectives nobles et ambitieuses telles que « veiller à ce que le peuple vietnamien puisse librement déterminer son avenir » ou encore « éviter l’éclatement de la troisième guerre mondiale ». Quant aux dernières réponses, elles montrent d’une part l’incapacité des Etats-Unis à atteindre les objectifs annoncés et d’autre part, elles mettent en relief « l’égocentrisme » de la première puissance économique et militaire du monde. En effet, ces réponses sont telles qu’il est simplement question « d’éviter une défaite humiliante ou de sauver la face ». Remarquons que sur un horizon chronologique relativement court à l’échelle d’une grande nation (de l’ordre d’une dizaine d’années), les motivations affichées ont connu des grandes fluctuations.
 
Parallèlement à cet ensemble d’objectifs annoncés, le pentagone avec l’aide des « spécialistes de la solution des problèmes » avait mis en place plusieurs scénarios en fonction des publics ciblés.  Il fallait « soutenir le moral » des Sud Vietnamiens,  rassurer les alliés et faire subir aux communistes « des pressions énergiques ».
 
Notons au passage que cette situation était prévisible car à aucun moment la haute administration américaine n’a daigné mettre en évidence les réelles motivations de sa mission militaire au Vietnam. Ce qui reste paradoxal dans cette affaire, c’est le fait que les gouvernements républicain et démocrate se soient succédés au pouvoir sans qu’il y’ait une réelle volonté de changement.
Les métamorphoses remarquées tenaient plus de la forme que du fond. Pendant toute la durée de la présence militaire américaine au Vietnam, le mensonge a été une affaire d’Etat. C’est probablement la raison pour laquelle la Maison Blanche a parfois violé les règles constitutionnelles élémentaires exigeant l’autorisation du congrès américain préalablement à la mise en œuvre de certaines opérations de grande envergure.
 
Pour Hannah Arendt, une double disparité caractérise l’engagement militaire américain au Vietnam. La première disparité concerne les éléments sur lesquels portent les mensonges. Ceci est illustré par deux exemples :
 
-      Le premier exemple rappelle que les informations fournies par les services de renseignements américains et relatifs à l’influence mutuelle qu’exercent les pays voisins du Vietnam les uns sur les autres (théorie des dominos)  ont été parfois contradictoires. Aussi, ces mêmes informations ont été parfois utilisées par des décideurs qui n’adhéraient pas à leur fondement.
 
-      Le second exemple montre comment de faux alibis basés sur « le postulat d’une conspiration monolithique communiste et celui de l’existence d’un bloc sino-soviétique et en outre sur l’hypothèse des visées expansionnistes des chinois » ont été utilisés. Ces alibis ne sont pas avérés parce que tout simplement il existait beaucoup de différents entre Moscou et Pékin, à l’époque. Aussi, le peuple vietnamien a toujours opposé une farouche résistance à toute visée impérialiste d’une puissance étrangère.
 
La seconde disparité  relève des rapports entre les moyens utilisés et les objectifs annoncés. Des moyens militaires et économiques importants ont été utilisés pour une mission dont les objectifs et les contours ont été mal définis et délimités.
 
Enfin, notons que pour mieux asseoir sa politique, le pentagone a usé de ruse en classant dans la catégorie « secret défense » une bonne partie des documents qui devraient être mis à la disposition de certains décideurs. Cette utilisation du sceau « Secret défense » a augmenté la puissance du Pentagone en lui laissant une plus grande latitude quant à l’élaboration de stratégies de manipulation, de tromperie et de mensonge à des fins inavouées.
C’est cette idée qui fait dire à Hannah Arendt que « l’efficacité de la tromperie et du mensonge dépend entièrement de la notion claire de vérité que le menteur et le trompeur entendent dissimuler ».

 
Comment ont-ils pu ?

 
Après une analyse des documents du Pentagone sous les aspects du mensonge et de la tromperie, Hannah Arendt essaye d’apporter des éléments de réponse justifiant l’enlisement des Etats-Unis au Vietnam. Ainsi, à la question « comment ont-ils pu ? », un ensemble de réponses a été apporté. Cet ensemble comporte quatre éléments de réponse : l’art du mensonge, l’utilisation de mauvaises méthodes, la recherche aveugle de l’omnipotence et l’arrogance.
 
Le mensonge érigé en art se manifeste par les écarts existant entre les déclarations publiques et la réalité quotidienne. Toute la communication faite par le Pentagone était à l’écart de la réalité. Au final, le Pentagone a fini par croire en ses propres mensonges car « plus un trompeur est convaincant et réussit à convaincre, plus il a de chances de croire à ses propres mensonges ».
 
Les méthodes utilisées par les « spécialistes de la solution des problèmes » relevaient des mathématiques et de la logique. Or, le problème qui leur était présenté n’était pas rationnel et n’admettait pas de solution unique. Hannah Arendt nous rappelle que ces spécialistes au lieu d’ « apprécier » passaient leur temps à « calculer ».
 
Le troisième élément de réponse apporté à la question « comment ont-ils pu ? » tient au fait que l’administration américaine est incapable de comprendre que le pouvoir même d’une très grande puissance comporte toujours des limites.  Ces limites sont apparues à la fin du conflit lorsque le monde a constaté la défaite américaine malgré la puissance militaire et la suprématie écrasante. Cette défaite a sonné le glas de la grande puissance américaine. Finalement, on pourrait avancer que l’impuissance de la grande puissance américaine a été mise en exergue par sa propre puissance militaire.  
 
Le dernier élément de réponse est lié à la double arrogance qui caractérise la démarche américaine : l’arrogance du pouvoir et l’arrogance de l’esprit. L’arrogance du pouvoir s’intéresse exclusivement à la recherche de l’omnipotence. Aucun arbitrage n’est fait entre les moyens et les ressources dégagés et les résultats obtenus ou espérés. L’arrogance de l’esprit est propre à la démarche des « spécialistes de la solution des problèmes ».
 
Ces quatre attitudes ont conduit les Etats-Unis à ne porter aucune attention à l’ennemi et à le mépriser. Ceci a les a conduit directement à une triste et amère défaite.
 

------------------------------------------------------------------
 
* Hannah Arendt : professeur de philosophie politique d’abord à l’université de Chicago, ensuite à la New School for Social Research de New York
<bài viết được chỉnh sửa lúc 19.08.2007 00:25:57 bởi marcel >
 
#1
    Online Bookmarks Sharing: Share/Bookmark

    Chuyển nhanh đến:

    Thống kê hiện tại

    Hiện đang có 0 thành viên và 3 bạn đọc.

    Chú Giải và Quyền Lợi

    • Bài Mới Đăng
    • Không Có Bài Mới
    • Bài Nổi Bật (có bài mới)
    • Bài Nổi Bật (không bài mới)
    • Khóa (có bài mới)
    • Khóa (không có bài mới)
    • Xem bài
    • Đăng bài mới
    • Trả lời bài
    • Đăng bình chọn
    • Bình Chọn
    • Đánh giá các bài
    • Có thể tự xóa bài
    • Có thể tự xóa chủ đề
    • Đánh giá bài viết

    2000-2022 ASPPlayground.NET Forum Version 3.9